Nous tenons à remercier celles et ceux qui ont franchi le pas du bulletin « vert » au second tour de ces élections départementales.

C’est pour nous le signe qu’ils ont pris conscience qu’il faut que les politiques organisent une transition écologique audacieuse dans tous les domaines, pour limiter les chocs qui nous attendent. C’est la responsabilité et l’honneur de ceux et celles qui nous représentent de prévoir et d’agir en ce sens, en veillant à ce que nos concitoyens les plus modestes et les moins préparés ne souffrent pas du changement qui s’annonce.

Nous sommes conscients également que ce score jamais atteint dans notre canton comme ailleurs (dont x gagnés ?) par Europe Ecologie Les Verts résulte aussi d’un certain « dégagisme » qui exprime la lassitude de citoyens qui souhaitent renouveler les pratiques démocratiques : non cumul de mandats, limitation de leur renouvellement, rompre avec les vieilles habitudes des « réseaux »… L’étape qui suit le réflexe du « dégagisme » est malheureusement l’abstention, qui vide de son sens notre démocratie et la République.

Nous espérons sincèrement que le binôme élu pour le canton d’Escalquens saura impulser de nouvelles actions de fond, car les actions priment sur les étiquettes politiques; que les impératifs écologiques orienteront les choix d’aménagement et de subventions. Contrairement aux idées reçues, les arbitrages en faveur de l’écologie sont le plus souvent créateurs d’emplois et porteurs d’avenir.

Nous souhaitons également que les conseiller.es élu.es sachent re-dynamiser  notre démocratie au niveau départemental.  

On n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir : on n’enseigne et on ne peut enseigner que ce que l’on est.  (Jean Jaurès)

Titulaires

Christine QUÉRÉ | | 56 ans, 3 enfants
Consultante en organisation et santé au travail. Conseillère municipale à Lauzerville.

Mail : canton7eelv@hautegaronne2021.fr

Francis  CARBONNE | 57 ans, 2 enfants
A. Ingénieur CNRS en biologie végétale. Ancien adjoint au maire de Donneville et conseiller communautaire du SICOVAL.

Mail : canton7eelv@hautegaronne2021.fr

Aurélie  TROMBETTA | 41 ans, 2 enfants
Technicienne de certification IoT.

Mail : canton7eelv@hautegaronne2021.fr

Gérard  BOLET | 68 ans, 2 enfants
Ingénieur agronome, retraité INRA. Ancien maire de Montbrun-Lauragais et 1er vice-président « transition écologique » du SICOVAL.

Mail : canton7eelv@hautegaronne2021.fr

Suppléant.e.s

Citoyens et militants écologistes engagés dans la vie publique, nous voulons mener une vraie politique écologique pour le département de la Haute Garonne. La crise du Covid aura bien montré les limites des politiques actuelles et la nécessité d’inventer le « monde d’après », pour un autre modèle de société ; un modèle que la majorité sortante n’a pas su anticiper.

L’épidémie a aussi montré que l’on peut trouver les moyens financiers quand c’est nécessaire. Bien que moins immédiats, les enjeux sociaux et environnementaux sont aussi considérables que la crise sanitaire : qualité de l’air, de l’eau, de l’alimentation, changement climatique, dégradation des sols…

Nous voulons orienter les ressources du département pour une véritable écologie locale dépassant les mesures d’affichage. C’est le principe de l’écoconditionalité des actions, des aides et des subventions que nous défendrons pour notre canton d’Escalquens et pour l’ensemble des haut-garonnais(es), en étant disponibles à plein temps, sans cumul de mandats.

Améliorons les déplacements

N’acceptons plus le temps perdu dans les embouteillages et la pollution générée.

Nous développerons les alternatives à la « voiture-solo » (conducteur seul) vers l’agglomération toulousaine : développement d’un réseau d’axes cyclables en site propre le long de voies existantes ou à créer, en veillant à relier les communes aux axes cyclables principaux.

Développement des transports en commun : transports par bus (avec l’extension des fonctions du ramassage scolaire et l’adaptation des bus au transport des vélos), mise en place enfin du bus express au départ de Montgiscard sur l’autoroute, soutien au projet de RER toulousain, avec rabattement sur les gares ferroviaires deBaziège, Escalquens etc…

Mise en place avec les communes d’un système efficace de covoiturage, soutien aux initiatives locales et associatives : « blabla car » locaux, mise en relation de chauffeurs bénévoles pour des trajets occasionnels ….

Le financement se fera par redéploiement des fonds alloués à la création de nouvelles voies, comme le prolongement envisagé de la RD916 Escalquens-Belberaud, qui ne fera que déplacer le problème de quelques kilomètres, et par un frein à la frénésie des ronds points coûteux et vite saturés.

 

Faisons évoluer notre agriculture et notre territoire

Ne laissons pas les sols agricoles et la biodiversité s’appauvrir, les eaux se dégrader.

Comme d’autres territoires, le Lauragais peut et sait évoluer ! Nous devons gagner en qualité : celle des paysages et de la biodiversité (restauration des haies, des prairies naturelles et de l’élevage), celle des eaux de surface (Marcaissonne, Hers, Hyse,…) qui concentrent les produits de traitement, après que la boue ait comblé les fossés, comme celle des aliments (résidus de pesticides dans le blé et le tournesol).

Nous réserverons les aides aux agriculteurs voulant mettre en œuvre des pratiques de l’« agriculture biologique de conservation » (arrêt des pesticides, semis direct, couverts hivernaux…), avec un objectif d’augmenter nettement les labellisations en « bio ». Une aide sera apportée aux acteurs ruraux voulant développer une pluriactivité touristique, en valorisant le patrimoine local.

Outre les effets positifs sur notre environnement, nous aiderons ainsi à sortir de l’incompréhension trop fréquente entre les agriculteurs et les habitants de notre territoire.

Nous agirons sur le foncier agricole avec les collectivités et un réseau de conseillers agri-environnementaux renforcé, pour permettre aux nombreux porteurs de projets d’installer des fermes maraîchères.

Notre territoire agricole est mité par la construction de lotissements qui artificialisent les sols. Nous renforcerons les actions en appui à la région et aux collectivités locales pour dynamiser les centre bourgs et préserver les terres agricoles. Le département jouera pleinement son rôle à chaque révision des PLU(i).

Mobilisons-nous pour un territoire sain et solidaire avec les plus fragiles

Ne considérons pas la précarité et la fracture sociale comme une fatalité.

Nous renforcerons les aides au maintien à domicile des personnes âgées et personnes en situation de handicap (le Covid a montré les limites de l’accueil en EHPAD) et le réseau des assistantes sociales. Les services publics et d’intérêt général concentrés à Toulouse (santé, culture…) seront décentralisés le plus possible.

Les logements sociaux devront être mieux répartis sur le territoire, en lien avec un projet d’intégration des populations en milieu rural, soutenu par un « Complément Local Écologique ».

Nous renforcerons les moyens consacrés à la transition énergétique, en les ciblant sur les publics les plus fragiles.

Faisons des collèges l’école de la transition écologique solidaire

Chaque collège est une micro-société humaine. Un projet de transition écologique sera impulsé. Il concernera tous les aspects de la vie au collège, avec l’implication des élèves, pour former les futurs citoyens.

– faire vivre la démocratie avec les équipes éducatives et personnels ATOS, les associations de parents d’élèves et les élèves: co-construction des choix d’aménagement.

– favoriser l’intégration des plus démunis, en mettant à disposition du matériel informatique reconditionné, en renforçant le suivi de santé et social gratuit (en particulier pour les catégories discriminées).

– participer à la transition énergétique, par la mise à disposition des toits pour la production d’électricité photovoltaïque, le chauffage par géothermie, etc…

– proposer une alimentation exemplaire, en organisant la préparation sur place des plats pour tous les collèges avec 80% d’alimentation bio ou locale en fin de mandat, des repas moins carnés et issus d’élevages respectueux de la condition animale, avec suppression du plastique et compostage des déchet.