[Actuellement: Schéma d’aménagement touristique départemental 2019-2023 : itinérance douce; œnotourisme sur l’Appellation d’Origine Protégée (AOP) de Fronton; soutien aux stations de montagne; accompagnement sur les sites patrimoniaux majeurs; appui aux collectivités et aux Offices de Tourisme Intercommunaux.]

Un département exemplaire pour un tourisme respectueux de l’environnement et des enjeux climatiques (« écotourisme », « tourisme durable »).

  • Pour des mobilités adaptées aux enjeux climatiques.

Favoriser les modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle : pistes cyclables, transport à la demande, minibus, covoiturage, autopartage, location de véhicules électriques.

-Favoriser l’intermodalité (ex : Vélo dans les bus) ;

-Aides à l’accessibilité des 2 Grands Sites (Luchon et Saint Bertrand) depuis Toulouse en TC.

-Axes cyclables les plus directs possibles entre sites les plus fréquentés;

-Itinéraires linéaires pédestres Toulouse- grandes villes des départements voisins sur plusieurs jours avec retour en train (modèle de Via Garona)

-développer le tourisme fluvial décarboné (canal du midi, canal latéral)

  • Pour l’adaptation des stations de ski au changement climatique.

Favoriser une transition du tourisme de montagne vers un tourisme 4 saisons, diffus sur l’année. Préparer la reconversion du secteur.

-Fin des financements à la production de neige artificielle (GES/ ressource en eau).

-Soutien à la valorisation des pistes en aménagements sports de descente sans neige ; -développement des différentes formes de randonnées dans le Luchonnais.

  • Pour une sensibilisation des touristes à la protection de l’environnement :

-Sensibiliser aux enjeux de biodiversité, par type de milieux (zones humides de plaine de Garonne, piémont, haute montagne,…) au travers d’une présence sur site d’intervenants (conventions avec des associations naturalistes, sur le modèle québécois,…)

-lutter contre les comportements polluants, par le co-financement de gardes champêtres.

  • Pour une évolution vertueuse des grandes infrastructures (parcs d’attraction etc)

-Opposition aux projets touristiques impliquant une artificialisation des terres.

-Evolution vers un mieux disant énergétique des piscines, musées, parcs d‘attraction existants, en collaboration avec les intercommunalités.

Enrichir le « tourisme de paysage » par sa dimension culturelle et humaine.

Relier la découverte d’un lieu attractif par son paysage à la communauté humaine qui le modèle, et répondre en cela à la demande d’authenticité de plus en plus marquée des touristes.

  • Créer de la « micro-offre » touristique :

-recenser et aider les collectivités à valoriser leur petit patrimoine bâti et industriel, (abreuvoirs, fontaines, vieilles pompes à essence) et immatériel, ainsi que les micro-sites naturels.

-aider les collectivités à régulariser/entretenir le foncier des sentiers (cf Projet PNR Comminges)

-valoriser la signification occitane de la toponymie

  • Faciliter la rencontre touriste/habitant en encourageant :

– les « Ambassadeurs du territoire » porteurs de documentation et de savoirs.

– les « hébergeurs stricts » (chambre d’hôte, gîte,…) à élargir leur activité

– le « tourisme de travail » ou télétravail touristique dans les tiers-lieux, après recensement (cf CD Aveyron et site tourisme de Marmande)

Valoriser les pays haut-garonnais hors métropole

Valoriser les territoires hors métropole (Lauragais, Volvestre, Frontonnais, Comminges…), en profitant de l’attrait de Toulouse.